• Nos stylistes sont à votre écoute du lundi au samedi, de 11h à 19h

      Écrivez-nous : cliquer ici
      01 45 74 03 10
Accueil / Tendances & société / Le coup de gueule de la fondatrice

Le coup de gueule de la fondatrice

Le coup de gueule de la fondatrice


Hier soir j’avais le privilège d’assister à un dîner de gala en région parisienne; il est si rare d’assister a un gala! Et pas n’importe lequel : le dîner annuel des réseaux Luxe et Tourisme des Grandes écoles de commerce parisiennes, deux secteurs dans lesquels la France excelle.

Une soirée de prestige

Pour cette grande occasion, le tout nouvellement rénové Château de Ferrières, qui abrite désormais l’Ecole de l’Excellence à la française, avait ouvert grand ses portes aux 150 invités de prestige, dirigeants du luxe et de l’hôtellerie, avec un dîner gastronomique préparé par le chef Patrick Juhel, meilleur ouvrier de France et membre des distinguées Toques blanches internationales.

Accueil par M. Khalil Khater Président et fondateur du groupe Accelis, et propriétaire des lieux, dîner sur fond de concert de jazz servi dans la somptueuse grande salle de bal, mets délicats et savoureux, service sans faute.
Le ton était donné sur l’invitation : « Tenue très chic et glam : lâchez-vous, Château oblige ! (sic) »

 

Point d’honneur sur la tenue

Inutile de préciser qu’après avoir essayé TOUTES les robes les plus glamour du showroom (et il y en a!), j’avais sorti le grand jeu : stylée par l’ensemble de l’équipe ElssCollection, j’avais choisi une fabuleuse robe longue bleue signée Halston Heritage romantique à l’allure conquérante, une mini pochette Kenzo zippée, une petite veste cardigan en alpaga et mes plus hauts talons!
En montant le majestueux escalier qui conduisait à la salle principale du château, traîne virevoltante, je me sentais pousser des ailes !

atelier-cuisine-au-chateau-ferrieres-89668-2_w600

Lorsque j’arrive quelque part, je regarde en premier lieu la façon dont les gens sont habillés!
Que voulez-vous ? Déformation professionnelle.. ! 🙂

Déception!

Mais où sont les robes de princesse? Messieurs, avez vous égaré votre smoking ?

Je scrute l’assemblée en vain a la recherche de quelque paillettes.
La culture parisienne de l’’understatement’ permanent a encore frappé

Je regarde autour de moi : beaucoup d’invitées en tailleur (sortie de bureau oblige, direct en soirée sans passer par la case ‘changement de tenue’), de jolies petites robes de cocktail, noires bien sur! Les quelques ‘audacieuses’ qui ont osé la robe longue se comptent sur les doigts de la main!

Normal à Paris de s’habiller pour un gala comme si on allait a une réunion du board ? Apparemment oui
Et alors ? me direz-vous ! Quelle importance ? Bien sûr, la soirée était très réussie, les rencontres enrichissantes, l’ambiance festive; tout était parfait.
Mais à mon avis il manquait quelque chose : un petit je ne sais quoi… des traînes, des décolletés, des froufrous. Dans ce château au cadre enchanteur pourquoi ne pas aller jusqu’au bout du rêve ? Jouer les princesses, se faire plaisir, se lâcher comme disait l’invitation, juste le temps d’un soir pour faire de cette soirée quelque chose d’inoubliable?

Quant à moi, je me suis sentie si bien dans ma robe de gala; pas du tout décalée; juste en symbiose totale avec le décor; tant de gens sont spontanément venus vers moi, je ne peux m’empêcher de penser que ma tenue y était pour quelque chose…

Le mot de la fin

Pour terminer je citerai notre hôte M. Khalil Khater, brillant homme d’affaires d’origine libanaise à l’initiative du développement d’Accelis, groupe de services dans le domaine hôtelier : « On a beaucoup parlé du rêve américain ; je voudrais vous dire qu’il existe un rêve français; la France, mon pays d’adoption est un pays merveilleux ou on peut réaliser de grandes choses »
Je souscris a 100% et j’ajouterais : Assumons notre héritage de pays leader mondial du luxe et de la mode. Voyons les choses en grand!

Et la prochaine fois, habillons-nous en robe longue!

pascale Guasp